samedi 1 juillet 2017

Après 30 ans d’arabisation : le Maroc retourne au français

La polémique enfle chez le voisin marocain après l’annonce de son ministre de l’éducation, l’introduction de l’apprentissage de la langue française dés la première année du primaire, laissant place à une véritable indignation des islamistes.






En effet, le programme de réformes présenté par le ministre de l’éducation marocaine, Rachid Belmokhtar, en 2015, au cabinet royal de Mohammed VI, sera mis en application dès la prochaine rentrée scolaire. Un important programme visant à « franciser » l’enseignement des mathématiques, des sciences naturelles et des sciences physiques ainsi que l’enseignement du français dès la première année du primaire au lieu de la troisième actuellement.

L’actuel ministre de l’éducation nationale, Mohamed Hassad, a annoncé «vouloir optimiser l’apprentissage de la langue française et de l’introduire dès la première année de primaire, contre la troisième actuellement» suscitant de vives réactions de la part des islamistes dont celle du président du Mouvement de l’unicité et de la réforme (MUR, le bras idéologique du PJD) qui revendique la primauté de la langue arabe sur toutes les autres langues.

C’est Rahma Bourqia, directrice de l’Instance nationale d’évaluation (INE) auprès du Conseil supérieur de l’enseignement qui répond aux islamistes du MUR «Maîtriser le français ne signifie pas que l’on souhaite négliger la langue nationale. La Vision stratégique de la réforme 2015-2030 insiste également sur l’apprentissage de l’arabe, et même l’amazigh. Le rapport est très clair sur ce point : il faut aussi développer l’arabe» avant d’ajouter «L’enseignement des langues ne doit pas devenir un outil « d’injustice linguistique ». Aujourd’hui, les élèves inscrits dans le secteur privé apprennent le français beaucoup plus tôt que ceux scolarisés dans le public. Ce système génère des retards qu’il faut combler. Nous devons donc développer l’égalité des chances en matière linguistique» rapporte Tel Quel.


Source : Observalgerie

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire